L’infertilité masculine

Qu’est-ce que l’infertilité masculine?

L’infertilité d’un couple est définie par l’incapacité d’un couple sexuellement actif sans contraception d’obtenir une grossesse en un an (définition de l’OMS).

Environ 15 % des couples sont confrontés à une infertilité (soit environ 60 000 nouveaux cas par an en France). Une cause masculine est retrouvée dans environ 50% des cas ; cette cause pouvant être isolée ou le plus souvent associée à une cause féminine.

L’évaluation de l’homme est indispensable dans la démarche étiologique et thérapeutique du couple infertile.

En 2020, la SALF en partenariat avec le comité d’andrologie et de médecine sexuelle de l’AFU, a établi des recommandations concernant le bilan et la prise en charge de l’homme infertile. Des recommandations sont également en cours avec le CNGOF concernant le couple infertile.

L’azoospermie : une cause possible à l’infertilité masculine

Parmi les causes d’infertilité masculines, il y a ce qu’on appelle l’azoospermie. La spermatogenèse se définit comme la production de spermatozoïdes à partir de cellules germinales immatures, les spermatogonies. Ce processus long et complexe peut être altéré quantitativement. Dans les altérations les plus sévères, on peut retrouver une absence de spermatozoïdes dans le sperme.

L’azoospermie se définit donc par l’absence de spermatozoïdes dans le sperme, à l’état frais et après centrifugation de la totalité de l’éjaculat. Elle doit être confirmée sur au moins 2 recueils à 3 mois d’intervalle. Elle touche environ 1 % des hommes dans la population générale, et 5 à 15 % des hommes infertiles. Elle peut découler de deux mécanismes éventuellement associés : un mécanisme obstructif ou azoospermie obstructive (AO) par obstacle sur les voies excrétrices spermatiques ou non obstructif (sécrétoire) ou azoospermie non obstructive (ANO) par défaut de production testiculaire des spermatozoïdes